En 1947, l’Alfa Romeo 1900 fut la première création de la marque après la fin de la seconde guerre mondiale et la reconstruction de son usine dévastée par les bombardements. Elle bénéficiait d’un moteur à quatre cylindres de 1 884 cc à double arbre à cames, produisant 90 ch. Une puissance suffisante pour propulser la berline à quatre portes à 150 km/h. Elle évolua sous forme de versions plus puissantes, les TI puis Super et Super Sprint, la puissance passant de 90 à 115 ch. Ces Sprint et Super Sprint furent produites respectivement à 949 et 854 exemplaires. C’est dire leur rareté.

Bien qu’il s’agisse à l’origine d’un humble véhicule familial, la 1900 était dotée de qualités sportives qui allaient au-delà de son type de moteur, ses propriétaires bénéficiant d’une suspension avant indépendante à triangles et ressorts hélicoïdaux et d’un essieu arrière oscillant exceptionnellement bien situé. Personne n’a donc été surpris lorsque le potentiel de la 1900 s’est concrétisé sous la forme de deux dérivés très performants. Lancée en 1951, la 1900C Sprint était carrossée par Pinin Farina (cabriolet) et Touring (coupé), les deux modèles utilisant le moteur de 100 ch de la berline sportive 1900TI. Le Coupé Sprint carrossé par Touring a été tellement acclamé par le public qu’il a ensuite été adopté comme base pour tous les futurs coupés « aérodynamiques » d’Alfa Romeo. L’une de ses descendantes directes était, bien sûr, l’adorable petite Giulietta Sprint, dont l’air de famille est immédiatement évident.

Le coupé Sprint a été conçu pour offrir des performances sportives ainsi qu’un aménagement « 2+2 », ce qui garantit de séduire les amateurs de voitures de sport avec une famille, tandis que la calandre verticale en forme de cœur avec des prises d’air latérales horizontales assorties est devenue une marque de fabrique d’Alfa sur les modèles ultérieurs. En juin 1954, le moteur est porté à 1 975 cc et le modèle est rebaptisé « Super Sprint ». Avec 115 ch et un excellent rapport poids/puissance grâce à la carrosserie en alliage d’aluminium, ces voitures pouvaient atteindre une vitesse de 118 mph. Elles ont brillé dans toutes sortes de compétitions. Au total, 949 Sprints et 854 Super Sprints ont été fabriquées avant l’arrêt de la production.

La voiture présentée ici est l’une des quelque dix Alfa Romeo carrossées par la Carrosserie Ghia à Aigle (l’antenne suisse de la célèbre Carrozzeria turinoise qui appartenait à l’époque à Mario Boano), et coûtait autant qu’une Mercedes-Benz 300 SL. Le premier propriétaire était un riche homme d’affaires suisse passionné par les hors-bords Riva, qui a demandé à Ghia-Aigle de produire une voiture au style Riva : pas de portes, pas de coffre, et un pare-brise de type bateau.

La ‘10098’ est un exemple relativement rare de carrosserie ouverte sur le châssis 1900 et un exemplaire unique. Les modèles 1900 Sprint et Super Sprint étaient extrêmement populaires auprès des carrossiers italiens, bien que la majorité des carrosseries sur mesure étaient des coupés, en raison, semble-t-il, du renforcement supplémentaire qu’exigeait une carrosserie ouverte. (Il ne faut pas oublier que la 1900 était la première tentative de construction unitaire d’Alfa).

Achevée en 1956 mais immatriculée pour la route seulement en septembre 1958, cette voiture a été exposée au Concorso d’Eleganza Autovettura Campione d’Italia en octobre 1956. Il semblerait qu’elle ait été achetée pour la maîtresse du propriétaire, et lorsque sa femme l’a découvert, elle a banni l’Alfa dans un entrepôt où elle est restée pendant une trentaine d’années !
M. Michel Kruch, de Bruxelles, a possédé l’Alfa à la fin des années 1980, alors qu’elle était immatriculée « OBD-978 » sur des plaques belges. En avril 2001, la voiture a été présentée au Concorso d’Eleganza Villa d’Este à Cernobbio, en Italie (numéro 12 dans la catégorie « Open cars and convertibles of up to 2,000cc »). Le vendeur actuel a acquis l’Alfa en octobre 2013.

Récemment, le moteur et les amortisseurs ont été entièrement restaurés (facture dans le dossier) et des roues neuves ont été montées (originales avec la voiture). L’Alfa se présente très bien, la peinture et l’intérieur semblent d’origine et en très bon état, tandis que la mécanique est excellente et très propre.

Cette auto (châssis AR1900C 10098) possède une peinture et l’intérieur d’origine et en très bon état, le moteur et les amortisseurs ont été entièrement restaurés et des roues neuves ont été montées (les roues originales sont livrées avec la voiture). Elle a été adjugée près de 330 000 € en juillet 2022 à Gstaad en Suisse.