L’importateur d’Alfa Romeo basé à New York, Max Hoffman, avait, en 1956, identifié un marché pour une voiture de petit volume, légère et apparemment basée sur la production, spécifiquement destinée au marché de la course aux États-Unis, ce qui a finalement abouti à la 750G Giulietta Spider, basée sur la Giulietta SPider Veloce.

Construites avec un châssis renforcé léger, un moteur de compétition préparé par Conrero et une carrosserie monoplace avec pare-brise enveloppant, ces voitures ont reçu un certain nombre de composants en aluminium dont des panneaux de carrosserie et des portes sans poignée extérieure !
Certaines voitures sont même équipées de compte-tours chronométriques Jaeger ou d’une boîte de vitesses à rapports rapprochés partiellement moulée en magnésium.

Ce Spider embarque un moteur  4cylindres en ligne de 1 290 cm3, 120 ch, 2 ACT, avec deux carburateurs Weber 40 DCO3, une transmission manuelle cinq rapports, une suspension avant indépendante à doubles triangles et combinés ressorts-amortisseurs, et un essieu arrière rigide avec combinés ressorts-amortisseurs.

Quelques unes de ces voitures ont couru en Europe, avec le fidèle test Alfa et l’ancien pilote de Grand Prix Consalvo Sanesi participant à la Targa Florio, au Giro di Sicilia et aux Mille Miglia de 1956, l’avant-dernière avant le tragique accident de 1957 qui décrété sa résiliation.
Sur les 24 exemplaires construits, seuls 4 subsistent aujourd’hui. La cote : 500 000 €