La BMW 507 Roadster est l’une des BMW les plus rares et les plus précieuses jamais fabriquées.

La voiture est présentée au Waldorf Astoria de New York, en 1955 dans le but de séduire le marché américain. La voiture est belle et la presse en apprécie le dessin au point de voir en la BMW une vraie concurrente aux italiennes . Elle sera ensuite présentée au Salon de Francfort à l’automne de la même année, mais la production ne commencera réellement qu’en 1956.

La 507 pouvait recevoir un hard top, fait à la main et en aluminium

Albrecht von Goertz signe ici un dessin d’une exceptionnelle finesse, un chef d’œuvre d’équilibre qui fait aujourd’hui son succès auprès des collectionneurs fortunés. La carrosserie est en aluminium, entièrement réalisée à la main. Le châssis est une version raccourcie de celui de la 502. Sous le capot, l’ingénieur Fritz Fiedler a placé un tout nouveau V8, tout alu lui aussi, de 3,2 litres et développant 150 chevaux.

Mais seuls 253 exemplaires (dont 42 d’une première série au réservoir plus grand) seront vendus car le prix de départ de 9 000 $ à cette époque s’est avéré trop cher pour la plupart des acheteurs potentiels qui préféraient se tourner vers les Mercedes-Benz 190 SL ou 300 SL, Ford Thunderbird, Chevrolet Corvette C1, Jaguar XK140, Porsche 356, Aston Martin DB Mark III, et autres Ferrari America et Superamerica…

Pourtant moderne, agréable à conduire et particulièrement élégante, la 507 a tout pour plaire. Mais c’est sans compter une élément déterminant : son prix. L’ambition qu’a mis BMW dans sa réalisation a fait exploser les coûts comme la carrosserie en aluminium façonnée à la main et le développement du nouveau V8, entrainant une production à perte de 15 millions de Deutsche Mark.
Résultat, même en relevant le prix à 9 500 puis plus de 10 000 dollars, la 507 n’est toujours pas rentable.

Malgré une ligne superbe, la 507 ne parviendra jamais à percer, entraînant BMW vers une faillite qu’elle évitera de justesse.
Début 1959, BMW, éreintée par ces investissements en pure perte se voit contraint d’arrêter la production pour éviter la faillite et un rachat par Mercedes évité par l’un des actionnaires de BMW, Herbert Quandt , qui apportera suffisamment de capitaux pour sauver la marque.

Particulièrement recherché, la 507 Roadster atteint les 2 000 000 $.