Première voiture de sport de Cisitalia (Compagnia Industriale Sportiva Italia), la 202 repose sur les bases de la D46, voiture de course monoplace de la société, pilotée par certains des meilleurs pilotes de l’époque, dont Piero Taruffi, Clemente Biondetti et Raymond Sommer et victorieuse de la course Mille Miglia de 1947.
La 202 a suivi les traces de cette voiture de compétition et a attiré l’attention lors des Mille Miglia de 1947. L’une des trois voitures d’usine de la société est pilotée par Tazio Nuvolari, qui réalise une performance spectaculaire en tête du peloton. La cruauté s’installe et l’avance de Nuvolari est réduite à néant en raison de problèmes d’allumage dus à une pluie torrentielle, ce qui lui permet de prendre la deuxième place, suivi des deux autres Cisitalia. L’Alfa Romeo 8C 2900B Berlinetta d’Emilio Romano et Biondetti a peut-être pris le drapeau à damier, mais le trio de Cisitalia qui les suivait avait l’attention de tous.

Au cœur de la 202 se trouvait un moteur quatre cylindres en ligne à poussoirs d’une cylindrée de 1 090 cc et développant 60 ch à 5 500 tr/min. Pour habiller son châssis à cadre spatial, plusieurs carrossiers italiens ont été employés, les deux plus populaires étant Vignale et Stablimenti Farinia. Bien que cette voiture porte les insignes de Stablimenti Farina et qu’un registre compilé par le Cisitalia International Club en 1976 attribue sa carrosserie comme telle, des recherches plus récentes amènent à penser que la carrosserie pourrait avoir été construite par Vignale…

Highlites from early Road & Track issues

Il est intéressant de noter que le châssis numéro 118 SC présenté ici, a été livré neuf à Adalberto Fontana, un Italien qui vivait en Uruguay et était connu pour exporter des Cisitalia en Uruguay. Son propriétaire suivant était Ricardo Augustyniak Caputi, qui résidait également en Uruguay, et qui a peint la voiture en rouge. La voiture est ensuite retournée en Europe au début des années 2000 où elle a été notée comme étant incomplète et équipée d’un collecteur d’admission Nardi modifié pour deux carburateurs, qui est toujours monté sur la voiture aujourd’hui. Elle est ensuite passée entre les mains de Bernardo Favero en Italie et a été repeinte en blanc. Passant par Helmut Bende en Allemagne, la voiture a ensuite été amenée en Autriche où elle a appartenu à Thomas Matzelberger de Salzbourg et elle a été achetée par son propriétaire autrichien actuel en 2011. Après son acquisition, la voiture a été ramenée en Allemagne où elle a été restaurée dans sa couleur actuelle, bleu foncé avec un intérieur beige, et équipée de roues à fils Borrani.

Ce châssis n° 118 SC est l’un des 60 202 SC Cabriolets construits.

Comptez 400 à 450 000 €.