Le 11e cabriolet DS « usine » construit par Henri Chapron, présenté ici est le plus ancien des cabriolet DS « usine » en existence, connu par le Conservatoire Citroën et Mme Noëlle Chapron. C’est une DS « premier nez » qui reprend certains éléments de pré-série, notamment les attaches de capote par boutons-pressions à l’arrière du compartiment, identiques à celles des deux cabriolets de pré-série dévoilés à la presse au Pré-Catelan en septembre 1960. Elle est également dotée du tableau de bord des premières séries et des ouïes d’ailes « cendriers ».

Le châssis numéro 4200224 a quitté l’usine Citroën le 23 décembre 1960 et a été livrée trois jours plus tard aux ateliers Henri Chapron, rue Aristide Briand à Levallois-Perret où toutes les DS décapotables étaient construites. La voiture était à l’origine grise avec un intérieur en cuir Bordeaux et des moquettes grises. Elle avait également un siège conducteur réglable. Terminée en mars 1961, la DS fut retournée à l’usine Citroën pour être vendue, mais le 11 avril, elle revenait chez Chapron pour quelques retouches de détail. Une copie de la facture de Chapron figure au dossier. Le moteur d’origine (numéro 20.108.913) a été changé par Citroën à peu près à la même époque pour le numéro 21.102.084.

À la mi-juin 1961, la DS fut vendue neuve au Portugal par l’un des concessionnaires Citroën officiels et présente la particularité d’être la seule DS cabriolet vendue neuve dans ce pays. Immatriculée le 19 juin 1961, la DS est restée au Portugal pendant environ 52 années et, à partir de 1988, faisait partie de l’énorme collection privée de près de 300 voitures d’Antonio Almeida, à Lisbonne.

En 1989, la voiture était la vedette du film franco-portugais Les Nuits blanches de David Delrieux et fut utilisée pour des parades du championnat du monde des rallyes au Portugal à plusieurs reprises, pour transporter pilotes et co-pilotes comme Brendan Reeves/Rhianon Smyth ou Sébastien Ogier/Julian Ingrassia.

Ce superbe exemplaire a été vendu 230 000 € en 2015 à Chantilly.