En février 1959, les commandes encourageantes du cabriolet DS poussent Chapron a présenter une version Coach de la Citroën DS directement dérivée du cabriolet, rapidement nommé Le Paris (au cours de l’été 1959, comme le cabriolet La Croisette). Le pavillon reprend les traits caractéristiques des créations Chapron, à savoir un toit arrondi, lunette arrière panoramique et vitre latérale trapézoïdales, il rompt quelque peu l’homogénéité de la ligne de la DS.

Le modèle présente un arrière tombant classique, au lieu des ailes arrière relevées que l’on verra sur les futures autres productions du carrossier. La séparation entre ce qui reste de la porte arrière et de l’aile est masquée par jonc chromé.
Sur ce dernier exemplaire de Le Paris, le dernier panneau arrière en polyester est fixe (il était jusque là amovible comme sur la berline). C’est pourquoi il est échancré pour permettre le démontage de la roue. Le modèle possède un pare-brise moins haut que la berline, des baguettes et des joncs chromés, des enjoliveurs de roue spécifiques, des plaques de bas de caisse et l’intérieur reçoit des sièges Pullman en cuir.

A l’époque, les versions Chapron coûtaient plus du double d’une DS normale.

Comme si les Citroën Chapron n’étaient pas assez rares, moins de 10 coupés Le Paris ont été fabriqués en 1959.