Fort du succès de la DS depuis déja plus de dix ans, Citroën marque un grand coup de prestige et d’innovation en présentant en 1970 un coupé GT dans l’esprit de la DS mais avec un moteur plus puissant emprunté à la marque italienne Maserati, dont Citroën vient de reprendre la gestion. Tuée dans l’oeuf par la crise du pétrole en 1974, la SM ne fut produite que pendant cinq années et fut élue « Car of the Year » en 1972 aux Etats-Unis.

Pour sa part, soucieux de trouver une succession à ses productions sur base DS, Henri Chapron saisi au vol l’apparition en 1970 du nouveau coupé GT de Citroën, la SM. Cette dernière plait énormément au nouveau Président de la République française Georges Pompidou, grand amateur de voitures de sport, qui en acquiert une dès sa sortie. Sollicité par la marque pour réaliser les deux vaisseaux de prestige de la Présidence de la République sur cette base élitiste, il rallonge la plate-forme du coupé de série et livre à Georges Pompidou deux limousines SM présidentielles décapotables en avril et mai 1972, notamment afin de recevoir dignement la reine d’Angleterre Elisabeth II. Mais le président Pompidou n’aura que peu d’occasions d’en apprécier la finition et le confort, puisqu’il décèdera un ans plus tard.

Henri Chapron dispose dès lors de tous les outillages pour en dériver sa propre interprétation, sous forme d’une berline quatre porte de grand prestige. Le soubassement est donc rallongé de 29 cm par rapport au coupé de série. C’est en octobre 1972 que le stand Henri Chapron au Salon de l’automobile de Paris expose la première berline Citroën SM dénommée « Opéra ». De livrée blanche, elle dispose d’un toit ouvrant et d’une finition en cuir noir.

Mais le succès des berlines SM « Opéra » n’est pas celui espéré par le carrossier. Il n’en sera finalement produits que huit exemplaires dont le dernier en 1974, ne réussira à trouver preneur qu’en 1975. Il faut dire que la voiture est annoncée au tarif 1974 pour la somme coquette de 165 400 francs de l’époque. Quatre de ces exemplaires partiront pour l’Espagne et un pour Haïti. Cette production très réduite, alliée à une base élitiste et une finition majestueuse font aujourd’hui des berlines SM « Opéra » de puissants vaisseaux d’une élitiste exception.

Cette berline Citroën SM « Opéra » est dotée du moteur 6 cylindres en V de 2 670 cc d’origine Maserati, auquel s’adjoint un système d’injection de carburant Bosch hérité de la DS 21, qui permet à la voiture de revendiquer une puissance de 178 chevaux DIN, mais aussi une consommation moindre que la version à carburateurs à régime égal. La vitesse de pointe de la berline « Opéra » est de 220 km/h.

Cette Opéra équipée d’une injection électronique, est la 3ème des 8 construites par Henri Chapron. La voiture a été exposée au Salon de l’Automobile de Barcelone en avril 1973. Elle a été commandée à Henri Chapron par M. Martignon, un industriel belge ayant des activités à Liège et à Barcelone.

Comptez près de 200 000 €.