La Facel-Vega Excellence (type EX, EX1 puis EX2) est la berline française de grand prestige produite par Facel-Vega entre fin 1957 et 1964. Il s’agit de la seule voiture de la marque à quatre portes. Celles-ci sont à ouverture antagoniste, dégageant tout l’habitacle grâce à l’absence de montant central. Présentée au Salon de Paris 1956, elle dérive du coupé FV3B et concilie les performances de haut niveau des GT de la marque et le confort des limousines de grand luxe.

Au luxueux et rapide coupé Facel Vega de 1954, construit sur la base d’un châssis tubulaire original équipé d’un moteur V8 Chrysler et d’une boîte manuelle ou automatique, succèdent en 1956 la FVS à pare-brise panoramique, puis en 1958, la HK 500 encore plus puissante. Il s’agit alors de coupés 2 + 2. Parallèlement, Jean Daninos propose à partir de 1956 une berline quatre portes appelée Excellence, cette appellation n’étant pas anodine. Daninos vise en effet la clientèle de la haute administration et de la diplomatie françaises dont les véhicules de représentation sont alors au mieux les dernières représentantes des marques françaises de prestige moribondes, sinon disparues, au pire des modèles de fabrication étrangère.

Reprenant les organes mécaniques de la FVS puis de la HK 500, l’Excellence propose donc sur un châssis allongé quatre grandes places accessibles par quatre portes sans montant central et ouvrant en opposition sous un toit style hard-top. Ses performances (plus de 200 km/h) et le luxe de ses finitions, de sa somptueuse sellerie en cuir Vaumol (comme pour les Rolls-Royce) et de ses équipements de qualité attirent une clientèle d’élite, soucieuse d’utiliser une automobile française exclusive.

Fin 1957, au moment des premières livraisons, l’Excellence vaut quatre fois le prix d’une Citroën DS 19, mais à certains clients susceptibles de promouvoir le modèle (ambassadeurs, personnalités françaises et étrangères, etc), le constructeur consent d’appréciables remises. En 1961, la série 2 perd son pare-brise panoramique très enveloppant et ses ailerons agressifs, jugés trop  » américains « , mais reçoit le moteur Chrysler Typhoon de 6,3 litres de 390 ch (avec boîte manuelle) ou 360 ch (avec boîte automatique). Les châssis EX1 invendus sont renumérotés par l’usine EX2.

Ainsi que le confirment les archives de l’Amicale Facel, cette Excellence fut livrée neuve le 16 janvier 1960 au concessionnaire de Los Angeles, Peter Satori. Elle était de couleur noire avec sellerie en cuir rouge vif, disposait de vitres teintées vertes et de l’air conditionné. Une boîte automatique, la direction assistée et des phares spécifiques au marché américain complétaient l’ensemble. La voiture fut ensuite immatriculée à San Diego, Californie, en 1965 et conservera cette immatriculation jusqu’à 1990 lorsqu’elle est importée en France. Elle séjournera en Indre et Loire avant d’être vendue en 1999 aux enchères à un professionnel qui la cèdera à un membre parisien de l’Amicale Facel la même année. C’est en 2001 qu’Alain Ragault en devient le propriétaire et va parcourir de nombreux kilomètres à son bord: « Je l’adore. L’ambiance de l’Excellence, c’est le pied. Elle représente les Trente Glorieuses, un âge d’or où la France rayonnait« . Restaurée dans le respect de sa configuration d’origine, cette Excellence dispose toujours de son moteur TY7 d’origine et affiche 45 774 miles au compteur. Une révision du freinage, dont les roues ont tendance à bloquer, sera à effectuer. La mécanique fonctionne de manière satisfaisante, tout comme la boîte de vitesses. Témoignage d’un véritable savoir-faire français en matière d’automobiles haut de gamme, l’Excellence était à l’époque réservée aux grands de ce monde, il s’agit d’une pièce de collection rare et enviable.

La première Excellence de série type EX est commercialisée au mois de mai 1958. Son moteur est le Chrysler V8 de 6,4 litres (392ci) de 360 ch réels3. On dénombre 11 exemplaires de ce premier type.

En octobre, le type EX1 est équipé du bloc Chrysler V8 de 5,9 litres (361 ci), d’une puissance oscillant entre 335 ch réels et 360 ch réels, selon le choix de transmission. Il s’agit du moteur du coupé HK 500 produit en parallèle. On dénombre 134 exemplaires de ce second type.

Enfin, en juillet 1961, le type EX2 est mis en production. Il bénéficie du bloc Chrysler V8 6,3 litres (383 ci) de 390 ch réels avec la boîte de vitesses mécanique ou 355 ch réels avec la boîte de vitesses automatique. Les freins à disques apparus fin 1959 en option, sont désormais adoptés en série. La carrosserie abandonne le pare-brise panoramique pour un modèle à simple galbe (comme sur la Facel II lancée peu après) et les ailerons arrière disparaissent. Le poste radio PO-OM-GO-FM avec antenne télescopique électrique, le système d’air conditionné et le téléphone sont en option.

Cette EX1 (Châssis EX1B 077) a été adjugée 89 400 € en février 2023 à Paris.

 

EX2
Le type EX2 est de loin le plus rare avec 8 exemplaires fabriqués, dont dernier n’a été terminé qu’en juin 1964… Celle-ci (Châssis EXIIC004) a atteint 97 440 $ en juin 2022.