La Ferrari 250 GT California Spyder est une sportive de prestige développée par le constructeur automobile italien Ferrari construite à une cetaine d’exemplaires. Elle est présentée par la marque comme Ferrari 250 Granturismo Spyder California ou simplement Ferrari 250 California1, et son nom est parfois improprement écrit Spider. Dessinée par Pininfarina et carrossée par la Carrozzeria Scaglietti, elle est assurément l’une des plus belles Ferrari et l’un des plus beaux cabriolets de l’histoire de l’automobile.
Scaglietti opte pour des phares Marchal carénés sous plexiglas et loge les feux de brouillard dans la calandre. Ce sublime cabriolet est d’une des 37 California Spider SWB à phares carénés (En Italie en revanche, la législation imposait des phares non carénés).

Lors du Salon de l’automobile de Genève de 1960, la 250 GT California Spyder — jusqu’alors produite sur le châssis long de la Ferrari 250 GT Berlinetta Tour de France, dont l’empattement atteint 2,60 m — est remplacée par une version châssis court SWB (pour Short Wheel Base) avec un empattement réduit à 2,40 m, à l’image du traitement récemment reçu par la berlinette sur laquelle elle est basée. Cette réduction témoigne de la volonté de Ferrari d’améliorer les performances de l’automobile et notamment la vitesse de passage en courbe.

Ce Spyder est propulsée par le traditionnel moteur Ferrari Colombo à 12 cylindres en V (Type 168) en alliage léger à deux arbres à cames en tête et deux soupapes par cylindre. Ce moteur, dénommé ainsi en l’honneur de son concepteur Gioacchino Colombo, équipe depuis 1952 l’ensemble de la série 250. Le V-12 de 280 ch, 2 953 cm³, associé au châssis à empattement de 94,5 pouces, en fait une voiture extrêmement gratifiante. (Poids à vide de 1 050 kg, vitesse maximale de 280 km/h, cylindrée de 2 953 cm3 pour une puissance maximale à 7 000 tr/min de 280 CV ch et un couple maximal à 5 000 tr/min de 265 N m).

La carrosserie du roadster a été conçue par Pinin Farina mais, comme toutes les voitures de compétition Ferrari, elle a été construite par Scaglietti. Le design élégant peut être commandé avec des phares couverts ou ouverts. Alors que les premiers California Spyder étaient équipés de carrosseries entièrement en acier, Scaglietti pouvait également revêtir la voiture d’une carrosserie légère en aluminium. Sous cette apparence, la California Spyder était une formidable voiture de compétition comme l’ont souligné Richie Ginther et Howard Hively, qui se sont classés neuvièmes au général et premiers de leur catégorie aux 12 Heures de Sebring 1959.

Une Ferrari 250 GT California Spyder ayant appartenu à Alain Delon dans les années 1960, a été acquise le 5 février 2015 pour près de 16,3 millions d’euros, lors d’une vente aux enchères à Paris chez Artcurial, un record mondial pour ce modèle.