Tandis que, dans les années 1950, Ferrari est occupé à construire des voitures et à les engager en compétition, l’usine trouve tout de même le temps de construire d’autres voitures, de luxe celles-ci, qui sont vraiment d’une classe à part. Ce n’est en aucun cas une production de série; en moyenne, un seul exemplaire sort de ateliers chaque mois.

La première d’entre ces voitures est la 342 America, présentée pour la première fois en 1952, carrossée dans le style Touring. Le moteur de bloc long a été dérivé du moteur de course 340 America, mais le châssis est un peu plus long pour augmenter l’espace intérieur. Seuls six exemplaires sont produits, les exemplaires les plus remarquables étant ceux de Pinin Farina. Ces voitures ont été les premières Ferrari à être carrossées par le constructeur d’autocars basé à Turin et ont amorcé une solide collaboration qui se poursuit encore de nos jours.

Parmi les premières « ultra-Ferraris » à porter la désormais célèbre plaque America, la 342 America était conçue comme une voiture de route personnalisée particulièrement luxueuse et puissante pour les meilleurs clients de l’usine. Construite avec un empattement allongé de 2 650 mm pour accueillir le V-12 Lampredi de 200 chevaux, elle n’a été produite qu’à six exemplaires, pour des clients tels que le roi Léopold de Belgique et Enzo Ferrari lui-même. Elle est inhabituelle parmi les Ferrari de route car chaque voiture a été livrée avec un numéro de châssis pair, portant le suffixe « AL » pour « America Lungo », et toutes avaient la conduite à gauche.

Les archives indiquent que 0232 AL fut la toute première 342 America construite, et la première des trois à être équipée d’une carrosserie cabriolet, dans ce cas par Vignale, avec la caractéristique unique de feux arrière fendus encastrés dans les ailes. Elle a été essayée par l’usine le 27 octobre 1952 et livrée à son premier propriétaire le 14 janvier 1953. Odofranco « Otto » Wild de Muri, en Suisse, était un des premiers bons clients de Ferrari, ainsi qu’un acheteur avide d’autres voitures européennes inhabituelles construites en carrosserie à cette époque. Il est intéressant de noter que le radiateur de la voiture porte une étiquette d’un fournisseur zurichois, ce qui indique qu’il a pu être installé par le propriétaire initial.

La voiture a ensuite été exportée aux États-Unis à la fin des années 1950 ou au début des années 1960, et acquise par T. Dan Smith de Los Angeles. En 1971, Smith a vendu la 342 America à un passionné de longue date, Norman Snart de Hayward, en Californie, pour lequel elle a été immatriculée en Californie sous le nom de « NMB 316 ». À cette époque, la voiture avait été repeinte en argent métallique et ses pare-chocs avaient été enlevés. Bien que M. Snart soit resté propriétaire de la voiture pendant les deux décennies suivantes, elle n’a été que très rarement montrée ou exposée. L’une des rares exceptions fut le concours d’élégance Ferrari de la FCA Pacific Region à Quail Lodge en 1992. Il s’est finalement séparé de la Ferrari en 2004, en la vendant à Paul Forbes.

La voiture a été achetée plus tard en 2007 par ses propriétaires actuels, et a été restaurée en Californie dans la palette de couleurs actuelle, vert métallique et blanc, avec un intérieur en cuir complémentaire blanc et vert. À cette époque, le tableau de bord a été retourné et un pare-chocs avant avec des grilles de protection a été installé. N’ayant parcouru que 210 miles depuis sa restauration, elle est restée largement cachée, à l’exception de quelques rares expositions dans divers musées et salons de la côte ouest. Elle a été présentée dans le livre de Marcel Massini, Ferrari by Vignale, ainsi que dans le Cavallino no. 117 (p. 10), dans le cadre des souvenirs de M. Snart.

0232 AL est le premier des six exemplaires produits et la seule 342 America carrossée par Vignale.

Adjugée 2 255 000 $ à Monterey en 2017.