C’est à l’occasion du Mondial de l’Automobile de Paris en 1958 que la carrozzeria préférée de Ferrari, Pinin Farina (connue sous le nom de Pininfarina à partir de 1961), présente le nouveau visage du luxe Ferrari. Sur leur stand se trouvait le prototype de la Ferrari 410 Superamerica Series III avec quelques nouveautés telles que des phares couverts, des persiennes à panneau et une grille allongée. Ce prototype de Superamerica préfigure vraiment les Ferrari ultimes, presque toutes des coupés, attirant une liste de clients exclusifs, a lancé la tendance pour 11 autres coupés de production au style similaire .

La série III suivait deux séries précédentes qui offraient les plus hauts niveaux de sophistication, d’exclusivité et de performances de Ferrari. Construite comme l’ultime « grand tourer », chaque voiture a été commandée sur mesure pour recevoir des carrosseries uniques et beaucoup ont été fabriquées pour des salons automobiles ou pouir les meilleurs clients de Ferrari, tels que le Shah d’Iran, Mohammad Reza Pahlevi et le prince Bernhard des Pays-Bas. Une riche clientèle italienne comme le « roi des pâtes » Pietro Barilla et l’importateur de spiritueux Johnny Walker Dottore ou Enrico Wax étaient en tête d’une liste d’éminents Européens qui favorisaient les voitures uniques et prestigieuses de Modène.

Le moteur de 4,9 litres offrait de 380 à 400 ch. La puissance était soutenue par un cadre en tube d’acier assez basique avec des doubles triangles indépendants à l’avant et un essieu moteur à l’arrière.

Seules 12 voitures de la série III ont été fabriquées jusqu’en 1959.

Le prix est astronomique stratosphérique… Comptez plus de 15 millions d’Euros.