La Jolly est née de l’imagination du président de Fiat, Gianni Agnelli, qui souhaitait une petite voiture pouvant être transportée à bord de son voilier Agneta de 82 pieds, et pouvant être facilement débarquée sur le côté pour le transport local dans les différents ports d’escale de la Méditerranée.

L’annexe du yacht d’Agnelli, une 500 à ciel ouvert avec des sièges en osier, des portes découpées et une capote frangée, s’est avérée si populaire qu’elle a été produite en série limitée par le carrossier italien Ghia, qui est parti de la petite Fiat 500 à deux portes, a coupé le toit, l’a remplacé par une toile rayée et frangée, a installé des sièges en osier et l’a vendue sous le nom de Fiat Jolly.

Au cours de l’ère du jet, elle a été le véhicule de prédilection des personnes fortunées dans les stations balnéaires les plus en vogue du monde. Elle conservait la mécanique de citadine robuste de la Fiat 500 – un moteur bicylindre de 479 cc couplé à une boîte de vitesses manuelle à quatre rapports – mais sa carrosserie fantaisiste (et son nom) lui conférait un charme indéniable.

Seules 650 Jolly ont été produites et la rouille a eu raison de la plupart d’entre elles. On estime les survivantes à une centaine, d’où leur valeur très importante.

Cet exemplaire (Châssis 110*072479*) s’est vendu 155 250 € en octobre 2023 en Belgique.