La Fiat 8V (Otto Vu) a été présentée au Salon de l’Auto de Paris 1952. En 1947, le président de Fiat, Vittorio Valletta, convoque le célèbre ingénieur Dante Giacosa considéré comme l’un des maîtres de l’école de conception automobile italienne, pour lui confier l’étude et la réalisation d’une toute nouvelle voiture destinée au marché nord-américain. Giacosa souhaite développer un moteur 8 cylindres au lieu de 6, ce qui évitait les difficultés de mise au point toujours délicates des moteurs 6 cylindres.

La solution adoptée consista à confier l’étude du projet à la société Siata en lui fournissant le moteur « 8V », un V8 de 1996 cm3 de cylindrée avec une ouverture du V à 70°. Le prototype d’essais utilisait 2 carburateurs double corps Weber « 36DC F3 » qui développait 105 ch à 6 000 tr/min tandis que les versions commercialisées comportaient 3 carburateurs et donnaient 115 puis 127 ch.. Cette voiture était donc entièrement nouvelle et n’utilisait aucun composant déjà connu sur un autre modèle de la marque à l’exception des suspensions à 4 roues indépendantes issues de la Fiat 1100, d’une robustesse et fiabilité à toute épreuve, Fiat les ayant utilisées sur un prototype de 4×4.

La ligne était très élégante et filante, la vitesse atteignait les 204 km/h, ce qui était exceptionnel pour une voiture de série à l’époque. L’aérodynamique avait été soignée grâce à la mise au point dans le tunnel soufflerie Fiat d’Orbassano. Disposant d’un châssis tubulaire, plus rigide et plus léger qu’une coque intégrale, la carrosserie en acier était le fruit de l’étude de l’ingénieur Rapi, le même qui avait par le passé conçu la fameuse Isotta Fraschini 8C Monterosa.

Pour ne pas perturber la production des modèles en grande série, Giacosa décida de faire fabriquer la « 8V » par la division Carrosseries Spéciales de Fiat. La demande de ce modèle resta très faible en raison d’un coût élevé. Il fut alors décidé de confier les châssis motorisés aux grands carrossiers que sont Ghia, Siata, Vignale, Bertone, Pininfarina et Zagato qui réaliseront de très remarquables exemplaires.

En 1954, Fiat lança la seconde série du modèle, avec une carrosserie en fibres de verre ne pesant que 48 kg. La puissance du moteur étant passée de 115 à 127 Ch. Cette version aurait pu relancer le modèle car son poids allégé laissait entrevoir de grandes possibilités mais la direction de Fiat décida d’arrêter définitivement la production.

114 exemplaires de ce modèle ont été fabriqués, y compris les versions des carrossiers spécialisés.

Ce châssis 000042 s’avère être l’un des quinze châssis 8V châssis roulant en juin 1953 expédiés à Ghia et le seul non terminé en tant que Supersonic. Sa carrosserie est unique et fabriquée en alliage d’aluminium conçue par Virgil Exner et Felice Mario Boano

Comme l’attestent les photos d’époque des archives Ghia de la Ford Motor Company, la carrosserie de 000042 était ornée de garde-boue saillants caractéristiques qui encadraient des phares encastrés et d’une large calandre elliptique ornée de deux barres transversales et de phares antibrouillard. Une ceinture de caisse décorative a cédé la place à un arrière fastback entourée de fines nageoires, un peu comme la Supersonic de Savonuzzi. L’intérieur a également fait l’objet d’une attention particulière, avec des sièges rembourrés en cuir et un tableau de bord axé sur le conducteur dominé par un grand habitacle abritant un compteur de vitesse et un tachymètre en demi-lune symétriques.

Cette auto unique et parfaitement restaurée sera vendue en janvier 2023…