La renommée du constructeur piémontais Lancia se renforce dans les années 50 avec le mariage subtil entre une élégance raffinée et un look sportif. C’est de la mémorable et puissante Aurelia B20 GT (première voiture au monde à être équipé d’un V6 !) que dérive la magnifique Aurelia B24 Spider. signée PininFarina. En raccourcissant le châssis de la B20 4e série et en apportant quelques modifications à son moteur 6 cylindres de 2 451cm3, pour le faire entrer sous un capot beaucoup plus bas, l’un des plus beaux spiders de l’histoire est né.

Lancia Aurelia B20

Le prototype de la Lancia Aurelia B24 Spider en 1954. Notez l’absence de pare-chocs !
B24 Convertible : pare chocs droits, capote et parebrise plus classique. Produit à 521 exemplaires de 1956 à 1958.

Ce modèle s’avère très recherché par les collectionneurs. En effet, La B24 Spider a été produite pendant un an seulement (1955) et seulement 240 exemplaires ont été construits, dont 181 avec conduite à gauche (nommées B24S, le S de « Sinistra » indiquant la conduite à gauche) et 59 avec conduite à droite.
La B24 S est aussi nommée « America » car principalement destiné au marché nord américain. Mais les américains lui préfèreront des Corvette ou encore des roadsters anglais bien meilleur marché, ce qui explique sa faible diffusion.

Les derniers exemplaires de B24S fabriqués dans les ateliers de Lancia devaient traverser l’Atlantique dans les cales du Paquebot Andrea Doria. Le 25 juillet 1956, alors que le bateau italien s’approche des côtes américaines, un épais brouillard limite grandement la visibilité. L’Andrea Doria entrera en collision avec un vapeur suédois, le Stockholm, tuant sur le coup 51 personnes. Rapidement, la décision d’évacuer le paquebot est prise, limitant ainsi les pertes humaines. Cependant, le navire italien finira par sombrer, emportant au fond de la mer les 30 Spider B24S mais aussi le concept-car Chrysler Norseman prévu pour les salons américains.

Les lignes sont tracées par Pinin Farina sont sublimes : le Spider se caractérise par une longue prise d’air sur le capot-moteur et par des pare-chocs en moustaches qui mettent bien en valeur la calandre à écusson classique, l’emblème de Lancia par excellence.
Le pare brise très arrondi suit la courbe de l’habitacle à la manière d’une Corvette C1. Les portières basses filent vers les ailes qui elles, n’hésitent pas à amplifier leur galbe avant de plonger vers la route. Le cul se termine sur deux feux minuscules ainsi qu’un double pare choc qui reprend la forme de son homologue avant. Les porte-à-faux réduits au maximum, accentuent l’allure tendue et sportive de la belle.
L’agencement de la voiture est très original : l’habitacle est pratiquement au milieu entre le long coffre et le capot-moteur. L’élégante B24 Spider se distingue également par ses portes basses, soulignées par un seuil haut orné d’une ligne chromée. La pureté du design est encore accentuée par l’absence de poignées à l’extérieur des portes. À l’intérieur, le tableau de bord comporte trois instruments circulaires dont le grand indicateur de vitesse au milieu, au-dessus de la colonne de direction. Un autre détail précieux est le magnifique volant en aluminium à trois branches avec couronne en bois.

Le capot abrite un V6 Otto cycle, de 2 451 cm³ développant 118 HP @ 5.300 rpm autorisant une vitesse de 185 km/h à la B24 qui pèse 1 115 kg.
Comptez 700 000 €

A défaut de capote, le Spyder peut recevoir un hardtop