Suite à la réorganisation de Lancia en 1955, la ligne Flaminia a été introduite pour succéder à la légendaire Aurelia. Elle est entrée en production en 1957 et a non seulement utilisée une version mise à jour du moteur V6 DeVirgilio et de la boîte-pont arrière, mais a également adoptée une suspension avant à double triangulation de longueur inégale pour remplacer la suspension avant à montant coulissant que Lancia utilisait depuis la Lambda de 1922. Ces modifications ont dotés la Flaminia de raffinement et d’équilibre et ont servi de base à une large gamme de modèles. En plus de la berline fabriquée en usine, les Flaminia étaient également disponibles en coupé habillés par Pinin Farina, et en GT et GT Cabriolet carrossés par Touring, et sous la forme d’une variante plus sportive signée Zagato.

La Flaminia Sport à carrosserie en alliage a fait ses débuts au Salon de l’auto de Turin de 1958 avec un 2,5 litres et 119 ch, et c’était l’une des conceptions les plus réussies de Zagato à l’époque, car elle présentait les lignes classiques et le toit à double bulle de la carrozzeria.  En 1961, le moteur de 2,5 litres a été mis à jour avec trois carburateurs Weber (d’où son surnom 3C) à double tirage, augmentant la puissance à 140 chevaux.

Ces voitures sont construites suivant les brevets et le procédé « Superleggera » développé par la carozzeria Touring. Plateforme en acier, structure de nid d’oiseau de tubes d’acier dessinant le volume de la carrosserie, sur lequel est greffée la coque en aluminium. Cette structure de carrosserie se retrouve également sur l’Aston Martin DB4 et la Maserati 3500 GT.