L’histoire de Volkswagen elle-même commence avec la Coccinelle, développée à partir de 1934 comme une démonstration de la capacité de production pendant le régime nazi. La marque est officiellement fondée le 28 mai 1937 sous le nom de Gesellschaft zur Vorbereitung des Deutschen Volkswagens mbH – rebaptisée ensuite Volkswagenwerk GmbH en 1938 – à Wolfsburg.

Bien qu’à l’époque, la Coccinelle s’appelait encore Typ 38 (Type 38), une variante cabriolet était déjà envisagée. Malheureusement, le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en 1939 a stoppé un début de production en volume.

Après la fin de la guerre, le cabriolet n’a pas été oublié à Wolfsburg et en 1949, Volkswagen lancé la production en série du Type 1 (« Coccinelle ») pour la première fois en version ouverte. Elle était très similaire à la voiture de 1938. La production était assurée par la société Karmann à Osnabrück.

Les photos ci-dessous affichent un cabriolet Karmann (Type 151) de 1949, la première année de production.

La seconde version de la Volkswagen Coccinelle cabriolet est la version Hebmüller cabriolet à deux places (type 14A) de 1950, l’une des 696 construites.

En janvier 1949, Heinz Nordoff est nommé directeur général de Volkswagen. L’une de ses premières directives était de faire construire des versions Cabriolet de la Volkswagen Beetle. Hebmüller a été chargé de construire une version « Roadster » à deux places tandis que Karmann devait construire un véritable cabriolet à quatre places.

En avril 1949, Heinz Nordoff, directeur général de Volkswagen, approuve la production du cabriolet Hebmüller après avoir validé sa résistance structurelle et son contrôle technique. Volkswagen s’est fixé pour objectif initial de fabriquer 2 000 voitures et lui a donné le nom officiel de Volkswagen Hebmüller Type 14A Cabriolet.

Hebmüller était une petite entreprise de carrosserie située à Wuppertal, en Allemagne. Ils ont immédiatement commencé à développer un cabriolet 2+2 Roadster avec deux sièges baquets avant et un siège rabattable/repliable occasionnel dans le compartiment arrière.
La capote était équipée d’une isolation de toit, d’une garniture de toit sur mesure et d’une lunette arrière en verre. La voiture était construite sur un châssis Volkswagen standard et embarquait les mêmes éléments mécaniques. Cependant, la carrosserie a été modifiée avec un capot arrière allongé – reprenant la forme du capot avant. Ce capot arrière remodelé arbore des bouches d’aération de refroidissement. Les bras des clignotants ont été placés dans la zone du capot latéral proche de l’aile avant. Les voitures étaient dotées d’accessoires «haut de gamme» de l’époque, tels qu’une radio Telefunken amovible, un kit d’accessoires de pique-nique et un vase à fleurs en porcelaine pour le tableau de bord.

La production a commencé en juin 1949. Peu de temps après, un incendie provenant de l’atelier de peinture a brûlé certaines des voitures et endommagé d’autres zones de l’usine. En quelques semaines, l’usine a été réparée et la production du Hebmüller Roadster s’est poursuivie jusqu’en 1950. Cependant, l’entreprise de carrosserie Hebmüller était en grande difficulté financière. Non assurés pour les dommages causés par l’incendie et toujours aux prises avec la morosité de l’économie allemande d’après-guerre, ils ont déclaré faillite à la fin de 1950. À ce moment-là, un total de 696 unités étaient comptabilisées : 682 « Volkswagen Hebmüller Type 14 A Cabriolets » avaient été achevée et les pièces restantes pour la construction de 14 voitures supplémentaires seraient envoyées à Karmann pour achèvement. On pense qu’aujourd’hui moins d’une centaine de cabriolets Hebmüller existent encore.

Cette Volkswagen Hebmüller Type 14A Cabriolet de 1949 est ultra-rare – l’une des 696 produites dans les années modèles 1949 à 1953 – et a subi une restauration complète à un niveau extraordinaire.

Comptez de 300 à 350 000 €